vendredi 28 mai 2010

Nakba Day and the Fraud

Ben-Dror Yemini:

The Palestinians have been holding the title of "refugees" for over six decades -- They have succeeded in creating a unique historical narrative for themselves -- This myth is growing, so it should be shattered and the real facts presented: the Palestinian population before the first Aliya was sparse, hundreds of thousands of Jews were also expelled from Arab countries, and there is no precedent anywhere in the world for the right of return.

The Nakba - the story of the Palestinian refugees is the greatest success story in the history of modern times - a success that is a complete fraud. There is no other group of "refugees" in the world that has gotten such broad global coverage. Not a week goes by without a conference, another conference, about the wretched state of the Palestinians. There is not a campus in the West that does not devote countless events, conferences and publications, each year or each month to the issue of the Palestinian refugees. They have become the ultimate victims. A million calamities and injustices and expulsions and population exchanges and acts of genocide and slaughter and wars have befallen the world since the Arabs, among them the Palestinians, declared a war of annihilation on Israel - but the Nakba of the Palestinians takes up most of the space. A visitor from another planet would think that it was the greatest injustice suffered by the entire universe since the Second World War. So it is best to shatter this lie. It is best to present the real facts. It is best to expose the fraud.

The Jews came to the area of the Land of Israel, which was part of the Ottoman Empire, in many small waves, back before the First Aliya. Did they really expel millions of Arabs? Well, there is no debating the fact that in those years there were no "Palestinians" and there was no "Palestine" and there was no "Palestinian identity." And, mainly, there was no real boundary between Arabs from Syria, Egypt or Jordan. There was a steady stream of people. In the years in which Muhammad Ali and his son conquered this region in 1831 - 1840, they sent many Arabs from Egypt to Gaza, Jaffa and other cities. The Jews who also arrived in Jaffa during those years helped to develop the city as well.

Forgotten research findings

There is a debate among historians over the number of Arabs who lived during those years in the area of "Palestine," which, in effect, was composed of districts (Sanjaks) that were subject to Damascus or Beirut, as part of the Ottoman Empire. The most serious testimony about what existed before the First Aliya is a forgotten one. It's known to many scholars, but it doesn't exist in the public discourse. It was made by a delegation of British researchers - the Palestine Exploration Fund - which traveled through the western Land of Israel in 1871 - 1878, from Dan to Beer Sheba, and published a precise and authentic map of settlements in 26 parts, which is rare for its size, type and authenticity. The researchers found a small number of sparse settlements here. The journalist Zeev Galili published a comprehensive investigation following publication of the map, and found that Haifa, for example, was a settlement of 440 x 190 meters. No more than that. Acre and Nazareth were larger settlements, whose area was 600 x 300 meters. The size of Jaffa was 540 x 240 meters. Jerusalem was situated between the walls, and was relatively huge, about 1,000 meters x 1,000 meters. There were a total of about 100,000 residents. A rare collection of photographs of the Land of Israel in those years clarifies the size of the settlements, and gives another fascinating look at those times.

There are those who bring up the famous tour of the Land of Israel in 1891 by Achad Ha'am, who also found cultivated and flourishing fields. It seems, however, that the impressions of Achad Ha'am are dwarfed by a series of well-established findings from that era. Another visitor, like Achad Ha'am, was Mark Twain, who toured the land in 1865. "....A desolate country whose soil is rich enough, but is given over wholly to weeds... a silent mournful expanse... A desolation is here that not even imagination can grace with the pomp of life and action. We reached Tabor safely... We never saw a human being on the whole route. Palestine sits in sackcloth and ashes... desolate and unlovely... these unpeopled deserts, these rusty mounds of barrenness...that melancholy ruin of Capernaum; this stupid village of Tiberias slumbering under its six funereal plumes of palms" Of the same mind was Henry Baker Tristram, who made several visits to the Holy Land during those same years, and his descriptions are very close to those of Twain's.

More well-established testimonies are given in the book of James Finn, the British consul in Jerusalem for 17 years (1845-1862), who traveled the length and breadth of the country and published a book describing the land, which was settled with appalling sparseness, waiting for residents that would redeem it. In a memorandum that he sent in 1857, he noted that "Palestine is mostly empty of residents."

It appears, however, that the findings of the research delegation are above any dispute. These were not chance visitors. They were researchers who stayed here for years, researched the land, went from settlement to settlement, measured every mountain, settlement and hill, and published six volumes. One of the researchers, Arthur Penrhyn Stanley, said about the Judea region that "mile after mile not a living thing is to be seen."

Despite these findings, there is a sharp debate among researchers, historians and demographers about the number of Arabs who lived in the area before the First Aliya. The estimates range from 100,000 according to the British research delegation and hundreds of thousands according to other researchers. There is another dispute on the question of the extent of Arab immigration to Israel following the advent of Zionism. This issue also occupied other researchers, among them Moshe Braver and Moshe Sharon.

Winston Churchill said in 1939, "Despite the fact that they were not persecuted, masses of Arabs streamed into Palestine and multiplied there until the Arab population increased more than all the Jews of the world could have added to the Jewish population." There are dozens of information sources on both the sparse Arab population before the First Aliya and on the Arab immigration, the size of which is in dispute, after the advent of Zionism.

The book by Joan Peters, From Time Immemorial, which provides a great deal of data on Palestinian immigration, is very controversial. Some of the findings that appear in the book have been refuted, but more serious researchers, such as Arieh Avneri (who refutes the claim of eviction and colonialism) and Fred Gottheil present a reliable picture which actually establishes most of the claims made by Peters. When this is added to the testimony of the research delegation, and to the book and memorandum by Finn - the result is unequivocal: before the First Zionist Aliya, there was an appallingly sparse population in the Land of Israel.

With regard to the immigration, we should add that as long as the government was Arab or Muslim, the people sought a better place to live. The Arabs of the region were under Egyptian and Jordanian rule for two decades (1948-1967), and they never demanded a state for themselves. They lived under a cruel régime (a subject for a separate article) and made every effort to emigrate to other countries. The change began in 1967. The Israeli government caused another attraction. That is the reason that many Palestinians prefer to return to the territories of Judea and Samaria, and that is the reason that many of them want to immigrate to Israel and become citizens (hundreds of thousands have already done so).

Throughout the years of the British Mandate, there were two populations here - Jews and Arabs. The original area of the Mandate, according to the Balfour Declaration, included the eastern side of the Jordan. As mentioned, the area was very sparsely populated. The establishment of a national homeland for the Jews would not have caused any injustice because there was no state here and there was no nation here. That was the real background to the Balfour Declaration. In 1922, the League of Nations cut off part of the promised area to give to the Hashemite family, and one year later the Golan Heights was also cut off to give to the French government in Syria.

Harassment of Jews also existed during the Ottoman period, and increased during the time of the British Mandate. The opposition was led by the Supreme Muslim Council, headed by Haj Amin Al-Husseini. The Palestinian leader attached himself to the Axis countries. He preached hatred and extermination of the Jews and spent World War II in Berlin. "The Mufti and Hitler have a common enemy - the Jews," declared a German film clip about a meeting between the two. The Mufti did more than just talk - he also acted. He established the Muslim Hanzar Brigades, which were sent into action in the service of Hitler.

The only remaining refugees

Parallel to the UN resolution on partition, the Arab countries declared a war of annihilation on Israel. The result is well known. The declaration of war led to hundreds of thousands of Arabs being forced to move to neighboring countries. Many of them fled. Many testified that they were forced to leave under pressure of their leaders. There were also some who were evicted in the heat of battle. About 600,000 people became refugees.

The experience undergone by the Arabs became the "Nakba," a story that has inflated over the years. They became the only exiled people among all the disputes in the world. And there is no greater lie than that. First of all, because the "Jewish Nakba" occurred at the same time. With the same background, in the same conflict, more Jews in Arab countries - over 800,000 people - were forced to face eviction and expulsion. And they did not declare a war of annihilation on the countries in which they lived. Second, and even more important, more than 50 million people have undergone population exchanges as a result of national conflicts or the creation of new nation states. There is no difference between the Arabs of Palestine and the rest of the refugees, including the Jewish refugees. Just in the decade after World War II, and in Europe alone, more than 20 million people experienced population exchanges. That also happened later, in conflicts between Turkish Cyprus and Greek Cyprus; between Armenia and Azerbaijan (the Nagorno-Karabakh conflict), between the states that were created as a result of the breakup of Yugoslavia and in many other conflicts around the world.

But only the Palestinians, out of all those groups, have held the title of "refugees" for over six decades. They have succeeded in creating a unique historical narrative for themselves. This myth is also growing with the help of UNRWA, a group dedicated to taking care of the Palestinian refugees, separate from the care given to all the other refugees in the world by the UNHCR. Many countries, including Israel, help to maintain the UNRWA, which deals not only with assisting and perpetuating the refugee problem, but also with incitement. The tragedy is that if the Palestinians were to receive such treatment from the international community, their situation today would be far better.

The fraud that is called the right of return

In the many discussions in which I have participated, I asked my colleagues, devotees of the Palestinian narrative, when have deportees who declared war, and lost that war, been granted the "right of return?" Is there one among the dozens of groups and the tens of millions who experienced expulsion in the past century that has been granted a "right of return" in a manner that caused the political annihilation of a nation state? To this day I have not received an answer. Because there is no such right.

The Palestinian Authority presents a document which claims that there are precedents for a "right of return." The most serious example presented there is the Dayton Agreement of 1995 which allows the return, for example, of Serbs to Croatia. The circumstances, however, are different. First, the return was never implemented. Croatia allowed the return of Croatians but placed barriers on the return of Serbs. Second, even if it had been implemented, the return would not have undermined the existence of Croatia as the national state of the Croatian people. Another example presented by the Palestinians is an agreement from 1997 regarding Azerbaijan. This is also a fraud because a report from 2002 shows that the Muslims who were exiled to Azerbaijan did not return to Armenia, and the Armenians who arrived as refugees did not return to Azerbaijan. In effect, the Armenian constitution grants the right of return only to Armenians (similar to the Israeli Law of Return, which exists in other countries around the world). The other examples presented by the Palestinians, from Africa and South America, are also irrelevant to the many population exchanges around the world and certainly to the population exchanges between the Arab countries and Israel.

The most serious reference to the issue of the right of return is in the Cypress agreement initiated by former UN Secretary-General Kofi Annan. The agreement does not recognize the right of return, despite the fact that the European Court of Human Rights recognized the rights of petitioners on the Greek side of Turkey to return and to the restoration of property. In other words, not every legal precedent becomes a political truth. The agreement was welcomed by the international community in general and by the European Union in particular. There is a reason why the Palestinians do not mention the Cypress precedent because the right of return there was limited so that the Turkish majority, on the Turkish side, would always be at least eighty percent.

The Palestinians are also relying on resolution 194, so it should be recalled that the Arabs presented a united front in opposition to the resolution. They knew why. Because it is a resolution which, in effect, is based on recognition in a previous resolution - the partition resolution - which grants international legitimacy to recognition of the Jewish state. There are other stipulations in that resolution, such as the creation of suitable conditions and pre-agreement to the fact that candidates for return must agree to live in peace with their neighbors. Needless to say, the Palestinians are insisting on non-recognition of the Jewish state, which shows that the conditions have not been created and certainly that the return is for the purpose of eliminating the Jewish entity and not for the purpose of peace. And as Abu-Mazen stated in May 2009, he does not recognize the Jewish state because it is liable to prevent the return of the masses.

Is there a Palestinian people?

Azmi Bishara has stated in the past that "There is no Palestinian people. That is a colonial invention. There were never Palestinians."

Bishara is right. It is even happening to him. Even the third Arab Congress in 1920, which was held in Jaffa, stated that Palestine is southern Syria and that there is no separate Palestinian identity. Ahmad Shukieri, the first chairman of the PLO, stated that "Palestine is just a part of Syria." The president of Syria, Hafez al Assad, said in 1976 that Palestine was part of greater Syria. Many spokesmen have admitted, exactly like Bishara and Assad, time after time, that there is no separate Palestinian identity. Without Zionist immigration, masses of immigrants would not have come here from Muslim countries, and no Palestinian identity would have been created. But the fact that this does not involve a nation, but rather immigrants from neighboring countries, does not rule out the right of the Palestinians to self-determination. They see themselves as a nation, they have created a separate national identity, and their wishes should be respected.

One of the Palestinian claims is that for the purpose of resolving the conflict, the Palestinian Nakba must be recognized, and primarily the Israeli responsibility for the refugee problem. The truth is the opposite. Cultivating the myth of the Nakba is not what is delaying resolution of the conflict, because the Palestinians are busy reinforcing the problem, inflating it and insisting that it is different from any international precedent. They are forgetting that they are the ones who preferred to support the Nazi axis of evil. They are the ones who refused the partition proposal. They are the ones who declared a war of annihilation. They are the ones who started the war. They are forgetting that a greater number of Jews were persecuted, dispossessed and expelled from Arab countries. As long as they continue the myth of the Nakba, and delete the basic facts, they only perpetuate their suffering. And despite all this, the Palestinians deserve respect, freedom and independence. But alongside of Israel. Not instead of Israel. And not by means of the Nakba, which is no more than a political fraud and that a historical fraud.

Ben-Dror Yemini is a senior columnist in Maariv

jeudi 27 mai 2010

Liban, foot et svastika

Les nombreux supporters libanais de l'équipe de football allemande aiment surtout les références au nazisme.

«Himmler? Goebbels? Mais ce sont de grands hommes européens! Et les Allemands qui viennent faire du tourisme au Liban sont très contents de voir ça.» L'homme ouvre des yeux ronds, ne comprenant pas ma mine déconfite devant l'étrange menu affiché au mur de son estaminet: des sandwiches aux noms les plus incongrus les uns que les autres y sont exposés en photo, du burger Himmler au hot-dog Napoléon, tandis que les nombreux étudiants de l'Université américaine de Beyrouth, située juste en face, font la queue à la caisse.

Pour le propriétaire des lieux, qui insiste vivement pour que j'essaie un cocktail de fruits au nom de Monsieur Propagande du IIIe Reich, son initiative est à prendre comme un hommage rendu à une Allemagne puissante et glorieuse. Au Liban, où il n'est pas rare non plus qu'un chien se retrouve lui aussi baptisé «Himmler» (comme le sandwich) parce que c'est un berger allemand, ce phénomène n'est pas isolé. Mais il peut s'observer particulièrement bien tous les quatre ans, lorsque le pays respire au rythme de la Coupe du monde de football.

Partout dans le pays, les vendeurs de rue ont commencé à faire fortune deux mois avant le coup d'envoi des festivités sud-africaines. Des bouquets de drapeaux ont fleuri à chaque carrefour: il y en a de toutes les tailles, de toutes les formes, à accrocher aux balcons ou à coincer dans la vitre arrière des voitures. Les Libanais se passionnent pour la grand-messe mondiale du ballon rond, et affichent clairement leur préférence.

Mais, à leur grand désarroi, le Liban ne s'étant jamais qualifié pour la phase finale, les fans de foot libanais reportent leur soutien inconditionnel sur d'autres équipes: vainqueur toutes catégories, le Brésil rallie les masses, ses artistes du ballon rond exposant peu leurs fans au risque de faire grise mine. Arrivent ensuite l'Italie et l'Allemagne. Celle-ci a donné au monde la sacro-sainte BMW 6 cylindres, extrêmement appréciée au pays du cèdre; la patrie de Goethe est aussi celle de Mercedes et de la Wehrmacht, symboles de force, d'ordre et de robustesse.

Mais au Liban, la République fédérale traîne aussi son sombre passé derrière elle et le drapeau noir-rouge-or adopté par Bonn le 23 mai 1949 se retrouve parfois frappé d'une svastika, sans que cela ne semble choquer outre mesure. L'incompréhension est telle qu'en 1998, lors d'une retransmission publique et sur écran géant d'un match de Coupe du monde au cours duquel l'Allemagne jouait sa place, une rixe avait éclaté entre un groupe de spectateurs français et un autre de Libanais qui arboraient le fameux drapeau à svastika.

Si le phénomène peut surprendre, voire choquer, plusieurs explications - ne s'excluant pas toujours mutuellement dans la tête de nombreux Libanais - peuvent être avancées: dans une confusion des genres et des combats totale, l'amalgame est rapidement fait entre lutte contre le sionisme et l'anéantissement des juifs, comme on l'entend parfois dans les discussions de salons beyrouthins, toutes catégories sociales et appartenances religieuses confondues. Un Libanais m'expliquait le raisonnement avec un peu de recul: «Nous ne poussons pas très loin la réflexion à ce niveau. Beaucoup de gens ici se disent que si Hitler avait exterminé les juifs jusqu'au dernier, il n'y aurait pas eu besoin de créer l'Etat d'Israël en 1948. Ainsi, tous les problèmes régionaux actuels n'auraient jamais existé.»

Il est pourtant facile de tordre le cou à cette géopolitique-fiction, comme le fit d'ailleurs cette même personne dans la foulée: «Le problème, c'est que les gens réfléchissant ainsi ne se disent pas qu'ils auraient peut-être été les prochains sur la liste, après les homosexuels, les tsiganes, les juifs... Et puis beaucoup d'Arabes pensent que ce que les Israéliens ont fait au cours des 60 dernières années est pire que ce que les juifs ont subi durant la Deuxième Guerre mondiale.»

Ces raccourcis historiques s'appliquent également aux personnalités plus récentes. Ainsi, le président du Front national Jean-Marie Le Pen jouit d'une très bonne image auprès de nombreux Libanais - chrétiens comme musulmans - grâce à ses slogans-enclumes comme «La France aux Français». Il n'y a pas si longtemps, lorsque la Syrie occupait le pays du cèdre, cette petite phrase se décalquait facilement en «Le Liban aux Libanais». Elle est toujours perçue comme d'actualité pour les nombreux adversaires d'Israël, qui réclament la libération des fermes de Chebaa.

Après 1945: de la science-fiction

Mais c'est surtout sur les bancs de l'école qu'il faut retourner pour trouver une vraie réponse à ce mélange entre nappes et torchons: la méconnaissance - quand ce n'est pas l'absence de connaissance tout court - de l'histoire est patente. Le programme officiel d'histoire pour les lycéens s'arrête en 1945. La Seconde Guerre mondiale y est abordée avec, en tête de pont, un long chapitre sur l'Union soviétique et le communisme, suivi d'autres sur la Résistance française - souvent prise comme exemple par les sympathisants du Hezbollah -, le front de l'Est, l'entrée en guerre des Etats-Unis. Le nazisme y est abordé, mais le génocide opéré par le IIIe Reich y est à peine évoqué. Plus inquiétant, ne serait-ce qu'en termes de culture générale, l'après-1945 tombe dans la case «science-fiction»: 1948 et la création d'Israël, les guerres israélo-arabes (ou arabo-israéliennes comme elles sont appelées dans les pays arabes) de 1967 et 1973 demeurent pratiquement inconnues des étudiants libanais qui ne s'en tiendraient qu'au programme officiel, sans chercher à aller voir plus loin.

Ecoles et universités publiques s'abstiennent de se frotter à l'histoire contemporaine, un manuel de cours unifié n'ayant jamais pu sortir des tiroirs de l'administration, faute de consensus: élaboré il y a déjà plusieurs années, il n'a pu faire l'unanimité parmi les différents groupes politiques, sociaux et confessionnels du pays. En effet, comment aborder - dans l'enseignement mais aussi dans les médias, la culture, et tout véhicule y touchant - la lutte armée palestinienne, les invasions israéliennes, l'occupation syrienne sans générer de tensions qui dégénèreraient rapidement? Comment retracer, trente ans plus tard, les causes d'un conflit civil qui mit le pays à feu et à sang pendant quinze ans pour se terminer sur un accord tacite: ni vainqueur, ni vaincu?

Chaque parti, ex-milice, groupes sociopolitiques, voit midi à sa porte, selon son propre vécu, ses défaites, ses victoires, sa puissance actuelle ou passée et ses affinités politiques avec l'étranger. Le difficile mais nécessaire travail de mémoire qu'il aurait fallu effectuer en 1990, à la fin de la guerre civile, a été enterré au profit d'un vivre-ensemble bancal. L'absence de cours d'histoire contemporaine dans l'enseignement public en est l'une des conséquences les plus insidieuses.

Pour ce qui est de l'enseignement privé, le constat est légèrement plus encourageant, chaque établissement ayant plus de latitudes pour se fournir en livres d'histoire. Mais chaque année, le bureau de la censure au sein de la Sûreté générale (l'une des branches du ministère de l'Intérieur) rejette des manuels importés de l'étranger ou en biffe certaines pages, comme cela est arrivé plusieurs fois ces derniers mois. Officiellement, l'Etat libanais bannit tout livre «présentant favorablement les juifs, Israël et le sionisme», mais en réalité, c'est tout un pan de la littérature qui se retrouve exposé aux ciseaux des censeurs sous ce prétexte. Le journal d'Anne Frank par exemple, en a fait récemment les frais.

Résultat: la lecture de l'histoire des 50 dernières années constitue sans doute l'une des questions les plus sensibles que le Liban doit encore résoudre, sans que des progrès ne soient initiés en ce sens. C'est dire si le travail à réaliser est immense, comme le symbolise parfaitement l'apparition impromptue de svastikas lors d'une simple compétition de football en 2010.


mercredi 26 mai 2010

Ils choisissent des "Gaulois"

1 fait divers parmi tant d'autres...
Le cauchemar de cinq automobilistes séquestrés

C'est place des Romains, à la sortie d'un bureau de tabac, que les victimes ont été abordées.
Le 30 avril, les 7, 9 et 12 mai, quatre conducteurs annéciens âgés de 19 à 40 ans, ont été séquestrés par une bande de caïds âgés de 17 à 20 ans qui opéraient selon un même mode opératoire.

Une cinquième victime s'est fait connaître en début de semaine auprès des enquêteurs.
Les caïds repéraient leurs victimes - toutes clientes d'un bureau de tabac situé place des Romains - et les abordaient avant de s'installer dans leur voiture et de les obliger à les conduire quelque part pour ne finalement les laisser repartir que quelques heures plus tard après les avoir agressées pour les dépouiller de leur téléphone portable, carte de crédit et de l'argent liquide en leur possession. Le calvaire de l'une des victimes, un jeune homme de 19 ans, aura duré plus de 24 heures (lire ci-dessous).
Les conducteurs séquestrés ne doivent leur salut qu'à un concours de circonstances . L'un appelle au secours et provoque la fuite des malfrats, le second voit, pour son plus grand bonheur, l'embrayage de sa voiture rendre l'âme, le troisième sera abandonné sur le bas côté de la route et le quatrième est libéré grâce aux hommes de la BAC qui arrêtent les malfaiteurs grillant un stop !

Ils choisissent des "Gaulois

" Les auditions des victimes ont permis d'identifier 6 des 7 malfaiteurs. Trois d'entre eux, des mineurs, déjà connus des services de police pour des faits de home jacking, violence avec vol - deux d'entre eux ont déjà fait de la prison - ont été placés en détention provisoire hors de département. Les quatre autres mis en cause (l'un d'entre eux porte un bracelet électronique), ont été remis en liberté. A l'issue de l'instruction, ils seront très probablement mis en examen. Habitués de la place des Romains, ils choisissaient leur victime au faciès et prenaient soin de cibler ceux qu'ils appellent des "Gaulois", c'est-à-dire des français "pure souche".
Ce n'est pas la première fois à Annecy que des faits similaires se produisent. Il y a un peu plus d'un an, des cas en tous points semblables avaient été signalés aux policiers,
les victimes avaient subi des dommages corporels plus importants. Autre point commun : elles sortaient aussi du bureau de tabac de la place des Romains. Les gérants de l'établissement, qui ont été entendus, n'ont visiblement rien à voir avec ces affaires, ils étaient eux-mêmes victimes des agissements des jeunes malfaiteurs.

Quant aux conducteurs, ils sont tous très traumatisés par ce qu'ils ont vécu. Il se pourrait d'ailleurs que le juge demande une commission d'experts psychiatres durant la commission rogatoire de manière à évaluer le traumatisme subi.
Une instruction est ouverte et les malfaiteurs devront prochainement répondre des motifs suivants : séquestration, extorsion de fonds, violences volontaires et introduction d'objets interdits dans une enceinte pénitentiaire. Ils encourent jusqu'à 10 ans de prison.

Il y a dix-neuf « Français » dans l'équipe d'Algérie !

L’hebdomadaire Minute à paraître demain mercredi a compté : sur les 25 joueurs retenus par l’Algérie pour la coupe du monde de football, dix-neuf sont nés en France et sont français par le droit du sol ! Des binationaux donc – voire, pour certains, des trinationaux ! – qui ont fait « le choix du cœur » en décidant de porter le maillot algérien.

Ainsi d’Habib Belaïd, par exemple, Français de naissance (il est né en 1986 à Bobigny), Tunisien par son père et Algérien par sa mère, qui a hésité entre le maillot… tunisien et le maillot algérien. Belaïd a expliqué en avril au quotidien sportif algérien Planète Sport : « Personnellement, j’ai porté les couleurs des sélections jeunes françaises et ce, jusqu’aux espoirs. Malgré cela, je ne ressens aucun lien envers ces équipes. Je suis persuadé qu’après tout, à leurs yeux, on reste des Arabes. En rejoignant les sélections de leur pays d’origine, les joueurs dont vous parlez sont en train de répondre à l’appel du cœur. »

Minute cite d’autres exemples, dont celui de Carl Medjani, un Franco-Algérien né à Lyon, pour qui l’annonce de sa sélection dans l’équipe nationale algérienne a été « le plus beau jour de [sa] vie ». « Seul petit problème, évoqué par la presse algérienne, raconte l’hebdomadaire, son… prénom. Carl, n’est-ce pas un handicap pour une bonne intégration ? (tel que…) Réponse de l’intéressé : “Je suis issu d’un mariage mixte. Mon père est Algérien et je crois que mon prénom ne pose aucun problème.“ Ouf. »

Le sélectionneur algérien, Rabah Saâdane, avait même songé un moment à appeler dans l’équipe le gardien de Clermont Foot, qui s’appelle… Mickaël Fabre. Son père répond en effet au nom de Mohamed Belkacem. Michaël, qui, comme beaucoup d’autres joueurs franco-algériens, n’a jamais mis les pieds en Algérie, a donc demandé vite fait un passeport. Hélas pour lui, Rabah Saâdane s’est ravisé et Michaël Fabre suivra la coupe du monde à la télévision. L’histoire ne dit pas de quelle équipe il sera le supporteur.

lundi 24 mai 2010

Canada: To roll back multiculturalism, this doctrine of divisiveness

Multiculturalism fails Canada

What are these? .The recent comments by Ujjal Dosanjh, former NDP premier of British Columbia and present Liberal MP for Vancouver South, in reference to multiculturalism and political correctness are politically significant and commendable.

The high value of Dosanjh asking tough and relevant questions on a subject that is near taboo among the political and media elite is partly because he represents liberal-left thinking in the country.

In a column for the National Post on April 23, Dosanjh contended minority communities — immigrants of non-European origin — threaten the social fabric of Canada by an obsession with injustices in their “homelands” in the recent or distant past. The result is excessive emphasis “placed on the differences that keep us apart from each other” and “diminishing emphasis on commonalities and values that bind us.”

Dosanjh knows from experience what he speaks and writes about in unmasking the negative consequences of multiculturalism. He was a prominent victim of violence for publicly opposing extremists in the Sikh community to which he belongs by birth.

Sikh extremists are not alone in sheltering behind the politics of multiculturalism, then pushing their agenda that runs counter to Canada’s national interests and liberal democratic values.

Advance their agenda

The obvious 800-pound gorilla in Canadian politics — as it is in most of the western democracies — is the ideology of Islamism dressed as religion and its adherents skilfully exploiting multiculturalism to advance their agenda, whether it be importing Shariah (Islamic laws) or undermining Canada’s support for Israel.

Multiculturalism as a doctrine stipulates all cultures are of equal merit and deserve equal treatment. What remain unspecified — perhaps deliberately — in this formula are the criteria by which the equality of cultures is assessed.

Moreover, since the multicultural doctrine is untenable and easily falsified, it can only be sustained by the heavy-handed political correctness of the Canadian state promoting this balderdash at much expense and increasing public dismay.

The idea that Canada has been multicultural since the first Europeans arrived on its shores is a recent invention. It was devised out of necessity and bad faith to mitigate the challenge that Quebec nationalism and separatism presented to English Canada.

It could be said that Canada with its aboriginal population was multicultural. But once the English and the French engaged to wrestle control over this vast country, the Canada that eventually emerged as a dominion was bicultural and bilingual.

Immigration made Canada multi-ethnic. The success of modern, liberal democratic and multi-ethnic Canada rests upon the indispensable strength, culture and history of the founding peoples — English and French, Protestants and Catholics — and the institutions they built that would take in immigrants from around the world.

Diminishes history

Multiculturalism is a diminution of Canada’s founding history. It diminishes the vitality and largeness of the political culture that has accommodated a multitude of ethnicities within its borders, while it fails in bringing to immigrants — especially of non-European origin — a compensating increase in appreciation for those values that went into building Canada as a model of civility.

Dosanjh has done a much-needed service to his country. It is now for the rest of us to engage in a constructive discussion on how to roll back multiculturalism, this doctrine of divisiveness, for the love of Canada.

dimanche 23 mai 2010

Mais à qui la faute?

Nous, musulmans, avons du travail à faire

Les Canadiens musulmans, comme les musulmans dans les sociétés occidentales, se sentent de plus en plus assiégés depuis un certain temps déjà, aussi bien à l'extérieur qu’à l’intérieur de leur communauté.

Ce sentiment d'isolement, d'être mal perçus et mal compris, va inévitablement s’accentuer avec l'histoire de l'arrestation pour terrorisme de 17 musulmans dans la région de Toronto.

Mais à qui la faute? Permettez-nous, musulmans, d’être brutalement honnêtes.

Nous avons hérité d'une culture du déni, du refus trop fréquent de reconnaître notre propre responsabilité dans le malaise généralisé qui laisse la plupart des pays arabo-musulmans dans un état de délabrement économique, politique et social.

Les statistiques et les rapports intergouvernementaux au cours des dernières décennies ont documenté un écart, peut-être désormais infranchissable, entre les pays musulmans et les démocraties industrielles avancées de l'Occident.

Dans un récent « Index des États défaillants » publié dans la revue Foreign Policy (mai / juin 2006), le Pakistan, par exemple, est classé parmi les 10 premiers États défaillants dans le monde - avant l'Afghanistan. Le Pakistan est un pays musulman, une puissance militaire nucléaire, mais il peut à peine nourrir, habiller, éduquer et loger sa population.

Les rapports sur les pays arabes sont un triste catalogue de tyrannies bien ancrées, d’économies en déroute, de richesses dilapidées, d’oppression des femmes, de persécution des minorités et de violence endémique. Le régime iranien dirigé par le clergé convoite des armes nucléaires et menace d'anéantir Israël, il réprime l'opposition interne et recherche l'affrontement avec l'Occident.

Au lieu de reconnaître la réalité du monde arabo-musulman comme une civilisation brisée, nous les musulmans avons tendance à nous complaire à blâmer les autres pour nos maux, faisant dévier nos responsabilités pour les échecs qui sont devenus des lieux de reproduction de la violence et du terrorisme.

Beaucoup de nos intellectuels dans la vie publique et de nos dirigeants religieux dans les mosquées sont des adeptes du double langage, ils disent des choses en anglais ou en français, puis le contraire en arabe, en ourdou ou en farsi.

Nous avons fait de l'hypocrisie un art, et avons tissé un écran de mensonges pour nous-mêmes qui nous rend aveugles à la réalité du monde qui nous entoure.

Nous bouillons de colère et de ressentiment contre l'Occident, alors même que nous avons prospéré dans la liberté et la sécurité des démocraties occidentales.

Nous avons inculqué à nos enfants une fausse fierté, et leur avons donné un sens de l'histoire qui s’écroule sous l’œil de la critique minutieuse. Nous leur avons transmis le fardeau de loyautés conflictuelles - et maintenant certains d'entre eux sont devenus nos cauchemars.

Nous prêchons la tolérance, mais nous sommes intolérants. Nous exigeons l'inclusion, mais nous pratiquons la ségrégation des sexes, l’exclusion des minorités et de ceux avec lesquels nous sommes en désaccord.

Nous répétons sans cesse que l'islam est une religion de paix, mais beaucoup d'entre nous affichent un comportement contraire à ce que nous professons.

Nous persistons à nous convaincre nous-mêmes et à convaincre les autres que les musulmans qui violent l'islam sont une infime minorité, et pourtant nous ne parvenons pas à dénoncer cette minorité et à la rendre publiquement imputable.

Un bol de lait se transforme en caillé avec une goutte de citron. L'infime minorité que nous blâmons est la goutte de citron qui a caillé et fait de notre islam une ruine. Pourtant, ceux d’entre nous qui insistent encore contre toute évidence que notre religion nous différencie des autres et nous met en quelque sorte dans une catégorie supérieure, sont encore trop nombreux.

Nous insistons sur le fait que dans l'islam, la religion et la politique sont inséparables. En conséquence, la politique domine notre religion - et notre religion est devenue un paravent pour le tribalisme et le nationalisme.

Nous citons régulièrement le coran, mais nous ne nous repentons pas pour nos échecs comme le coran l'enseigne, en sollicitant le pardon de ceux à qui nous avons fait du mal.

Nous musulmans sommes la source de notre propre misère, et nous ne sommes pas incompris par les autres qui voient dans notre comportement une menace pour leur paix

Traduction du texte de Salim Mansour, We Muslims have work to do, publié dans le Toronto Sun le 4 juillet 2006:


This is history's irony, and 50 years after independence the decay all around represents the inability of post-colonial rulers and their people to maintain a functioning modern society left behind by colonial authorities.

mercredi 19 mai 2010

Il y a un terreau propice à une possible guerre civile.

Par Ivan Rioufol

Hier soir, à Montreuil, un débat sur le voile intégral organisé par l'association Ni putes ni soumises, qui s'oppose à la burqa, a dégénéré en violences physiques, à cause des provocations du mouvement pro-palestinien Cheik Yassine, qui milite pour l'islamisation des cités. Au même moment, sur France 3, Houria Bouteldja, des Indigènes de la République, revendiquait le rejet de l'histoire de France, y compris la plus récente laissée par Charles de Gaulle. Ce week-end, à Saint Nazaire (Loire-Atlantique), deux femmes se sont battues car l'une d'elle était entièrement voilée. A Marseille, Jean-Claude Gaudin venait à peine de saluer "un moment d'unité, de fraternité et de générosité dans cette ville" après la qualification de l'OM que des affrontements et des razzias éclataient sur le Vieux-Port. Ici même, je ne compte plus les commentaires incroyablement haineux (évidemment rejetés par le modérateur) qui sont postés par des intervenants se réclamant de l'islam ou du prophète. A l'évidence, le pacte social ne tient plus. Il y a un terreau propice à une possible guerre civile.

Ce qui se met en place est potentiellement dramatique pour la cohésion nationale. Ce mal à un nom: le multiculturalisme. Il était censé apporter concorde et tolérance. En réalité, il ne cesse d'entretenir les conflits. De nombreuses associations se réclamant abusivement de l'antiracisme entendent, comme Les Indivisibles, promouvoir ce type de société éclatée, avec la bienveillance paresseuse de la pensée médiatique. Or, si des intellectuels et chercheur américains commencent à mettre sérieusement en doute les vertus de la "diversité" y compris aux Etats-Unis, cette prise de conscience reste quasi-inexistante en France. Hier, dans Le Figaro, l'écrivain américain d'origine pakistanaise, Mohsin Hamid, expliquait la crise identitaire qui mène certains musulmans américains jusqu'au terrorisme par "le caractère hybride de l'identité de ces hommes". Il dit: "Il arrive parfois que deux de nos identités essentielles se retrouvent en conflit et que nous décidions d'en renier une".

Derrière l'interdiction de la burqa, avalisée ce mercredi en conseil des ministres, c'est cette dérive vers une société fractionnée qui mériterait d'être analysée en profondeur par les politiques et les médias. Il est urgent de donner un coup d'arrêt à ce processus encore réversible, notamment en s'opposant davantage à ces associations subventionnées qui, sous couvert de "consolider le vivre-ensemble", répandent de l'huile sur le feu en cautionnant notamment l'islamo-fascisme qui, hier soir au portes de Paris, a rendu impossible le débat démocratique voulu par Ni putes ni soumises sur le voile intégral. Pourquoi ne pas s'atteler dès à présent à la rédaction d'un nouveau contrat social obligeant chaque citoyen français à respecter des règles intangibles, à commencer par la laïcité et la liberté d'expression?

lundi 17 mai 2010

Immigration: L’échec de l’intégration à la suédoise

La Stampa

Théâtre de récents affrontements entre des jeunes immigrés et la police, les quartiers populaires de Malmö témoignent de la difficulté à intégrer une population qui semble refuser le modèle scandinave et s’enferme dans ce qui est déjà qualifié de "ghetto de la nouvelle Suède multiethnique".


Andreas Konstantinidis dépasse une série de kiosques à Kebab et falafels aux inscriptions en arabe, puis pénètre une petite avenue bordée d’arbres et se gare. Au delà de la petite clôture de bois, entourée de trois HLM, on peut voir le petit terrain où Zlatan Ibrahimovic [attaquant du FC Barcelone, d'origines bosniaques, né en 1981 à Rosengrad] a donné ses premiers coups de pieds dans un ballon. Alentour, on ne voit que des femmes voilées qui rentrent chez elles avec leurs courses.

Pas un jour sans affrontements entre les immigrés et la police

Andreas Konstantinidis est le président de ce que l’on appelle ici le ghetto de la nouvelle Suède multiethnique. Il est arrivé à Malmö en 1974, l’année de l’invasion de Chypre par la Turquie. Il connaît une par une ces rues, ces immeubles, et les histoires de l’intégration difficile de ses 23 000 habitants de 170 nationalités différentes, avec une écrasante majorité de ressortissants de pays en proie à la guerre et aux conflits : Irak, Afghanistan, Palestine, Somalie. La proportion d’habitants sans emploi frôle les 90%, qui se débrouillent grâce aux fameuses aides sociales scandinaves.

Les violences de la fin du mois d’avril ne sont pas une nouveauté [entre le 28 et le 29 avril, un groupe de jeunes du quartier, le visage masqué, s’en est pris à des écoles, à des kiosques, à des poubelles et à des voitures, pour protester contre l’arrestation de l’un d’entre eux. La rébellion ne s’est calmée qu’après l’intervention de la police]. Il ne se passe pas un jour sans que les journaux ne fassent état d’affrontements avec la police et de tensions entre les minorités immigrées et la majorité, de plus en plus restreinte, des Suédois de souche (180 000 personnes sur un total d’environ 270 000 habitants).

Les journaux soulignent qu’à l’origine des tensions, il y a le fait que la plupart des étrangers sont des réfugiés politiques. En d’autres termes : ils ne sont pas venus chercher en Suède une vie meilleure, mais ils sont seulement ici par nécessité et ils ont fini par exporter dans ces contrées paisibles les conflits qui enflamment des pays lointains.

Une ville post-industrielle devenue schizophrène

Que faire ? Dans son petit bureau de la mairie, Mattias Karlsson, 33 ans, membre de la direction nationale de la Sverige Demokaterna, sorte de Ligue du nord à la sauce suédoise, est clair : "Bloquer l’immigration, c’est le seul moyen. Les statistiques officielles, déjà préoccupantes, cachent la dérive dramatique de Malmö. Elles ne disent pas, par exemple, que les enfants nés de parents suédois sont devenus une minorité par rapport à ceux dont un des deux ou les deux, sont nés à l’étranger. Dans la fonction publique, nombreux sont ceux qui ont été engagés sur le seul critère qu’ils parlent l’arabe. Dans les piscines, on organise des cours séparés pour les hommes et les femmes. La célébration des fêtes de Noël est en train de se perdre par crainte de discriminer la population musulmane. Sans parler des délits, dont 90% sont commis par des étrangers et dont 90% des victimes sont suédoises".


Un nombre important de juifs ont peur et partent vivre en Israël

Question de points de vue, certes. Andreas Konstantinidis refuse quant à lui de baisser les bras : "Un grand nombre de ceux qui vivent à Rosengard ne se sentent pas Suédois, ne veulent pas être Suédois. Peut-être il faudrait investir plus de moyens dans l’école pour les faire changer d’idée. Or moi je crois dans le modèle de ce pays et je suis sûr qu’ils finiront par réussir, comme je l’ai fait moi-même".

Parmi les 2 000 membres de la communauté juive, ils ne sont que très peu à partager son avis : "Il se fait des illusions. Malmö est devenue une province du Moyen-Orient. Nos étudiants sont menacés de mort. Quand nous entrons dans les classes pour parler de l’Holocauste, les étrangers sortent parce qu’ils refusent de nous écouter. Beaucoup d’entre nous ont déjà fait leurs valises et sont partis en Israël".

samedi 8 mai 2010

Le rapport de l'armée qui accable le film de Rachid Bouchareb

"Invraisemblances", "erreurs", "anachronismes"... Le service historique du secrétariat d'État à la Défense qui a analysé le scénario du film Hors la loi de Rachid Bouchareb n'est pas tendre avec l'auteur-réalisateur et son coauteur, Olivier Lorelle. Le sujet du film - les massacres de Sétif du 8 mai 1945 en Algérie, déclencheurs de l'insurrection indépendantiste - est d'autant plus sensible que Rachid Bouchareb a déclaré vouloir "rétablir la vérité historique". Or, l'armée française ne sort pas grandie du film qui provoque, avant même sa présentation à Cannes, une vive controverse .

Le a pu se procurer le rapport du général de division Gilles Robert, chef du service historique de la Défense, en date du 9 septembre. Selon ce texte, le film comporterait des "erreurs" et des anachronismes" (...) si nombreux et si grossiers qu'ils peuvent être relevés par tout historien, ayant un tant soit peu étudié la guerre d'Algérie". Le général note encore que "les nombreuses invraisemblances présentes dans le scénario montrent que la rédaction de ce dernier n'a pas été précédée par une étude historique sérieuse. Cette approximation historique rend ce film de fiction peu crédible."

En annexe, le service historique de la Défense liste les erreurs dans le détail. Dans un premier point, il note que "le réalisateur veut faire croire au spectateur que le 8 mai 1945 à Sétif, des musulmans ont été massacrés aveuglément par des Européens ; or, ce jour-là, c'est le contraire qui s'est produit.(...) Si l'auteur souhaite évoquer le massacre de musulmans par des Européens à Sétif, il devrait situer sa scène au minimum le 9 mai, car c'est en réaction au massacre d'Européens du 8, que les Européens ont agi contre des musulmans". C'est bien entendu l'essentiel de la controverse.

Parmi les anachronismes, les historiens militaires relèvent qu'à la page 10 du scénario, Rachid Bouchareb fait crier à des musulmans, au lendemain des massacres de Sétif : "Vive le FLN !" Le hic : le FLN n'est créé qu'en 1954. En 1945, c'est le Parti du peuple algérien (PPA) de Messali Hadj qui soutient la contestation face au pouvoir colonial... Page 20, autre erreur selon l'armée : Rachid Bouchareb confond deux partis, le MNA et l'UDMA, le premier prônant la lutte armée et non l'accès au pouvoir par les votes. De même que de Gaulle apparaît dans une scène située en 1954 alors qu'il ne revient au pouvoir qu'en 1958... Par ailleurs, la guerre d'Indochine est qualifiée improprement de "Vietnam".

Les historiens concluent au caractère "irréaliste" des personnages

En fait, le film se déroule essentiellement en France et met en scène la confrontation entre un indépendantiste algérien et un colonel du SDECE (contre-espionnage). Sauf que le SDECE est uniquement compétent hors de la France. Dans l'Hexagone, c'est la DST qui est seule habilitée à mener des opérations, relève l'armée. Les quelques écarts à cette règle ont consisté à "éliminer une personne", admet l'armée mais "jamais un porteur de valise". De même que la seule action qu'ait menée le SDECE sur le territoire national concerne la mise en place d'une troisième force (le front algérien d'action démocratique) de juillet à octobre 1960.

Les historiens militaires prennent enfin un soin infini à décortiquer les costumes des soldats français et concluent au caractère "irréaliste" des personnages. De même qu'une scène de parachutisme dans laquelle un personnage nord-africain apparaît n'a pas pu exister. Les unités parachutistes n'étaient pas ouverte aux soldats issus des colonies. Enfin, l'armement des gendarmes est également contesté.

Autant d'éléments sur lesquels s'appuie le député UMP des Alpes-Maritimes Lionnel Lucas pour dénoncer une "vision hémiplégique" de l'histoire et regretter le soutien financier du film par le Centre national de la cinématographie.

mercredi 5 mai 2010

Le suspect de Times Square est issu d'un milieu favorisé


Comme certains des membres les plus connus d'Al Qaïda, le suspect arrêté après la tentative d'attentat manqué de Times Square vient d'un milieu social favorisé peu propice a priori aux idées de l'islamisme radical.

Faisal Shahzad, un Pakistanais naturalisé américain arrêté alors qu'il tentait de quitter les Etats-Unis, a admis avoir garé un 4x4 piégé dans ce quartier central de New York et avoir reçu une formation à la confection d'explosifs dans un bastion des taliban et d'Al Qaïda au Pakistan, rapportent les procureurs américains.

Ancien analyste financier vivant et travaillant dans le Connecticut, Faisal Shahzad n'a pas le profil de nombreux hommes très pauvres du Pakistan que les taliban recrutent à coups de promesses de guerre sainte et de martyre.

Il est le fils d'un général de division de l'armée de l'air, garantie d'un statut privilégié au Pakistan où les militaires constituent l'institution la plus puissante et influente. Son frère est un ingénieur en mécanique installé au Canada, selon les responsables des services de sécurité pakistanais.

Marié, père de deux enfants, Faisal Shahzad a travaillé il y a plusieurs années à Karachi, dont il possède toujours une carte de résident, et où il s'est récemment rendu avec sa famille pour assister à un mariage, rapportent les médias locaux.

Son père, Bahar ul Haq, a quitté mardi soir le domicile familial, à Peshawar, afin d'éviter d'attirer l'attention, rapporte le journal local The News.

La famille est originaire d'un village agricole dans le nord-ouest du pays, Mohin Banda, 5.000 habitants.

Ces derniers ont exprimé leur surprise en apprenant qu'il était le principal suspect de l'attentat avorté de New York. "C'est notre fils. Je l'ai reconnu. La dernière fois que je l'ai rencontré, il ne portait pas la barbe. J'ai assisté à son mariage", a déclaré par téléphone Nazirullah Khan, instituteur à la retraite.

D'après la justice américaine, Faisal Shahzad est revenu aux Etats-Unis le 3 février avec un aller simple en provenance du Pakistan, où il avait passé les cinq derniers mois afin de rendre visite à ses parents. Il s'apprêtait à prendre un vol pour Islamabad, avec escale à Dubaï, lorsqu'il a été interpellé lundi soir à l'aéroport international JFK de New York.

Agé de 30 ans, il a été inculpé de cinq chefs d'accusation mardi par un tribunal de Manhattan et risque la prison à perpétuité s'il est reconnu coupable. Le chef de la police de New York, Ray Kelly, a indiqué mardi soir que le suspect coopérait avec les enquêteurs, qu'il avait fait valoir ses droits constitutionnels et demandé l'assistance d'un avocat.

"Il nous fournit des informations importantes", a précisé Kelly à une chaîne de télévision new-yorkaise. "Nous essayons d'en apprendre autant que nous pouvons sur lui, nous voulons apprendre des choses sur cet entraînement, sur ceux qui lui ont fourni et sur l'endroit où il s'est déroulé", a-t-il ajouté.

Ray Kelly a précisé que l'incident survenu à Times Square le 1er mai était le onzième attentat déjoué contre la ville de New York depuis les attentats du 11 septembre 2001 qui avaient provoqué la destruction des tours du World Trade Center et tué plus de 2.600 personnes.


Les autorités pakistanaises, qui ont promis de coopérer pleinement avec les Américains, ont interpellé mardi à Karachi plusieurs amis et membres de la famille étendue de Shahzad.

"Il ne vient pas d'une famille radicale ou illettrée. Il vient d'une famille éduquée. Nous cherchons à savoir comment il a pu se radicaliser", a dit le ministre de l'Intérieur, Rehman Malik.

Mais il y a beaucoup d'autres exemples de personnages "respectables" convertis au djihad, à commencer par le chef d'Al Qaïda Oussama ben Laden, membre de l'élite saoudienne, son adjoint égyptien Ayman al Zaouahri, issu d'une riche famille de médecins et d'universitaires, et Mohammed Atta, le chef du commando des attentats du 11-Septembre, enrôlé alors qu'il était étudiant en urbanisme dans une université allemande.

Alors que le suspect affirme avoir agi seul, les taliban pakistanais ont revendiqué la responsabilité de cet attentat avorté, affirmant qu'ils entendaient venger la mort de deux hauts dirigeants d'Al Qaïda en Irak en avril.

mardi 4 mai 2010

Difficile d'imaginer reddition plus inconditionnelle!

Devant la menace de finir «comme Theo van Gogh» (cinéaste néerlandais assassiné pour avoir signé un film sur l'islam) s'ils représentaient Mahomet à l'écran, les auteurs et le diffuseur de South Park, la chaîne Comedy Central, ont pris la décision de censurer.

Sur le tableau noir servant de toile de fond au générique de l'émission, Bart Simpson (de la légendaire famille régnant sur le cartoon télévisé) trace à la craie: «South Park, nous serions à vos côtés si nous n'avions pas aussi peur»!
Encore une fois, la clairvoyance des Simpson ne livre-t-elle pas la substantifique moelle du problème?

On sait que les deux auteurs de South Park ont été prévenus qu'ils «finiraient comme Theo van Gogh» (cinéaste néerlandais assassiné pour avoir signé un film sur l'islam) s'ils représentaient Mahomet à l'écran. De fait, la chaîne Comedy Central, qui diffuse l'émission fétiche, a pris peur et a censuré.

Commentant elle aussi l'affaire South Park, une caricaturiste de Seattle, Molly Norris, a voulu défendre la liberté d'expression en décrétant une «journée mondiale de dessin de Mahomet»! Mais elle y a renoncé. «Je ne voulais attirer sur moi l'attention d'aucun groupe et je retourne maintenant à ma table à dessin», a-t-elle expliqué. Quel «groupe» l'a ainsi fait réfléchir?

Pendant ce temps, un des fameux caricaturistes danois, Kurt Westergaard, déjà victime de tentative de meurtre, a été gratifié de vacances forcées par son employeur, le désormais célèbre quotidien Jyllands-Posten. Je suis devenu «un fardeau trop lourd à porter et un risque trop important», croit Westergaard.

Depuis les caricatures danoises et les bains de sang qui ont suivi, des dizaines d'institutions occidentales dont la matière première est la liberté d'expression ont pris peur et ont tout bazardé.

En Allemagne, on a annulé des représentations de l'opéra Idomeneo, de Mozart, parce que Mahomet y apparaît. L'éditeur Random House a renoncé à publier un roman mettant en scène la troisième femme de Mahomet. Et les Presses de l'Université Yale ont publié un essai sur les caricatures danoises... sans y faire figurer les caricatures danoises. Difficile d'imaginer reddition plus inconditionnelle!

En février dernier, Elton John s'est dit d'avis que Jésus était sûrement gai. Mais il n'a émis aucune opinion sur l'orientation sexuelle de Mahomet...

Pas fou, le chanteur.

* * *

Piétinant ses principes, l'Occident intériorise à la vitesse grand V la vision islamiste de l'ordre terrestre, phénomène enclenché par la tiédeur mise à défendre le condamné à mort Salman Rushdie, en 1989.

Cela a deux conséquences.

D'abord, la liberté d'expression tolère dorénavant un intouchable: l'islam. Et il est probable que les institutions appliqueront de plus en plus l'autocensure. Par peur d'une éventuelle menace: rien n'est pire que la peur d'avoir peur. Ou simplement par rectitude politique (comme c'est le cas dans diverses commissions des droits au Canada): ne sous-estimons jamais l'extraordinaire puissance de l'esprit moutonnier.

Ensuite, le militantisme islamiste occupera de plus en plus l'espace public, celui du débat politique, celui des choix de société. Par exemple, discuter à l'infini de dimensions de bouts de tissu - ce que fait, toutes affaires cessantes et à grands frais, l'Occident tout entier! - ne paraît normal que parce que certains réflexes de bon sens ont été anesthésiés.

S'exprimer librement et se servir de sa tête: il s'agit désormais d'idéaux qu'il faut reconquérir.

Expulsion des Juifs de Jérusalem

On n'en parle jamais. Les antisionistes, dans leur propagande ridicule et mensongère, évacuent le sujet.
Mais en 1948, lors de la déclaration d'indépendance d'Israël, les militaires arabes ont procédé à une véritable purification ethnique dans la ville de Jérusalem : la population juive a été chassée de la ville par les Palestiniens. Et là, aucune bonne âme en Europe et dans les Pays arabes pour défendre les Juifs de Jérusalem...

Mais plutôt que des mots, des photos :

La suite:


Dans ce jeu d’ombre de la guerre des mots et des idées, Edward Saïd, intellectuel américain défenseur d’une thèse contestée sur l’orientalisme, et Mahmoud Darwich, poète auto-proclamé du « peuple palestinien », jouent le rôle de portes-parole apolitiques d’une mythologie impérialiste qui ne dit pas son non, où l’identité victimaire forgée de toute pièce devient par leur intermédiaire un instrument de contestation morale du droit à la liberté et à la souveraineté du peuple juif.

♦ Edward Saïd, l’oubli des origines

Américain d’origine arabe, Edward Saïd s’est toujours présenté comme la victime d’un nettoyage ethnique qui aurait été mené volontairement et cyniquement par les Juifs d’Israel et qui l’aurait conduit à un exil forcé et douloureux. (par exemple : Edward Saïd, Fifty Years in the Wilderness: A State of Dispossession and Violence, The Guardian du 2 mai 1998)

Les deux premiers termes de la mythologie historique « palestinienne » sont d’emblée présents dans la description par Saïd de son vécu :

• d’une part, la représentation systématique de l’adversaire juif comme dénué de toute émotion, de toute humanité, essentialisé dans la violence gratuite et injuste : c’est l’image du soldat (juif) opposée à l’enfant (arabe),

• d’autre part, le pathos individuel exacerbé, lié au souvenir (en l’occurrence, de sa prétendue « vieille maison magnifique » de Jerusalem, dont on sait aujourd’hui qu’il n’y a jamais vécu comme il le prétendait), et à la douleur de l’expulsion au profit d’« occupants » (ce sera Martin Buber qui incarnera pour Saïd ce personnage fantasmé) : c’est la caricature du colon (juif), incarnant la prédation, opposée au vieillard (arabe), incarnant la mémoire.

La figure du « réfugié » a pour finalité de maintenir vivace la perspective d’un retour d’exil, et inversement, de déterritorialiser toute revendication – et toute existence – juive réduite à une occupation.

Toutefois, l’affabulation pathétique d’Edward Saïd sur son passé ne fonctionne que par le crédit total et irréversible accordé au témoignage « palestinien » (et indirectement au fait que de telles déclarations ne sont pas vérifiées).

En d’autres termes, il s’agit d’un cas évident de désinformation à laquelle succombent la plupart des médias occidentaux, que cela soit par pusillanimité, par crainte des représailles des militants et régimes arabes, par facilité, voire même par conformisme.

L’édifice saïdien s’effrite dès qu’on s’y intéresse de plus près avec objectivité.

Ainsi, il affirme avoir vécu à Jérusalem de 1935, sa date de naissance, à 1947, son « expulsion » et son « exil forcé » coïncidant avec la naissance d’un Etat juif libéré de la sujétion tant occidentale qu’orientale.

Les études reconnues internationalement du juriste Justus Weiner ont levé le voile les mensonges d’Edward Saïd :

• non seulement il n’a pas vécu son enfance à Jérusalem mais en Egypte, au Caire où son père avait emménagé dès 1923 ;

• son « exil » s’avère en réalité un départ forcé datant de…1952, date de l’arrivée au pouvoir des nationalistes égyptiens ;

• ses « privations » font référence à la perte de la prospère entreprise paternelle, la Standard Stationary Company, nationalisée par Nasser.

Si une partie de sa famille (une de ses tantes, mais en aucun cas son père) a effectivement possédé une maison à Jerusalem, rue Brenner, elle n’a pas été occupée par Martin Buber comme il l’affirmera, mais c’est la famille du philosophe qui sera expulsée en 1942 d’un des logements qu’il louait dans la maison de la rue Brenner.

C’est paradoxalement un représentant de la bourgeoisie aisée arabe cairote qui deviendra l’icône d’intellectuels de gauche, en particulier appartenant aux subaltern studies, dont l’objectivité sélective a privilégié la version politique et militante d’Edward Saïd à sa réalité.


♦ Mahmoud Darwich, la dissimulation du politique

L’identification forcenée à la figure du « réfugié » comme instrument de délégitimation de l’existence d’Israel anime aussi Mahmoud Darwich que certains ont été jusqu’à dépeindre comme le chantre de la « souffrance » du « peuple palestinien ».

La biographie officielle et complaisante place immanquablement la thématique de l’exil au centre de son « vécu ». La nostalgie de la terre d’origine, mais cette fois-ci poétisée, transcrivant un visuel émotionnel centré autour de l’olivier.

Le motif de la rupture avec le merveilleux de l’enfance (qui s’avère totalement mensonger chez Saïd ) est completé par l’identification artificielle du « peuple et de sa terre », dont le corollaire immédiat est la violence (juive), au terme d’une reconstruction romantique qui passe par un rééchelonnement historique où la mythologie palestinienne supplante le travail de mémoire et de deuil consécutif à l’Holocauste.

Néanmoins, la vie de Darwich ne correspond pas à celle d’un exilé trouvant dans l’écriture l’exutoire d’une nostalgie surchargée, c’est celle d’un militant politique radical, membre de l’exécutif de l’OLP, dont, il faut le rappeler, l’objectif sans cesse réaffirmé est la destruction irréversible de la présence juive, présentée comme restauration d’une possession exclusive de la terre.

Cette facette du militant politique radical se trouve effacée. Il ne subsiste que le fantôme de l’exil dont l’acte fondateur serait la nakba. Mais que dit Darwich de l’exil ?

Dans la très politique et très orientée “Revue d’études palestiniennes” d’Elias Sanbar, Mahmoud Darwich décrit lui-même la responsabilité arabe dans le départ de sa famille :

« On avait à l’époque commandé aux Palestiniens de quitter leur patrie pour ne point gêner le déroulement des opérations militaires qui devaient durer quelques jours et nous permettre de réintégrer rapidement nos maisons. Mes parents découvrirent bien vite que ces promesses n’étaient que rêves ou illusions » (Entretien: En marge du transitoire, Revue d’études palestiniennes, 10-hiver 1984).

On remarquera avec attention l’usage politique de l’euphémisme, puisque le « déroulement des opérations militaires » (en contradiction avec la résolution du 27/11/1947 de l’ONU) était destiné, selon les objectifs revendiqués du secrétaire de la Ligue Arabe Azzam Pacha (l’appel au massacre), à procéder à une purification ethnique de toute population juive de l’ensemble de la Palestine mandataire.

L’accusation d’une expulsion forcée des « Palestiniens » s’effondre face à la présentation qu’en donne Darwich, et que confirmera le dirigeant palestinien actuel, déclarant en 1976 que « les armées arabes ont forcé les Palestiniens à quitter leurs maisons » (Mahmoud Abbas, Filastin at-thawra, mars 1976).

En 1994, Darwich ira jusqu’à présenter son « séjour au Liban » comme « une villégiature » (Paul Giniewski, Le “droit au retour” des réfugiés palestiniens ?, Rivista du Studi Politici Internazionali n°242)

De façon tout aussi précise, le Monde du 21 avril 1951 rappelait que « pour comprendre les origines de ce problème terrifiant, il est nécessaire de se reporter à l’époque de la lutte, en 1948. On peut poser mille fois la question de savoir pourquoi ces gens ont quitté leurs foyers de Palestine, on obtiendra mille réponses différentes. Certains ne voulaient pas vivre dans un Etat juif. Beaucoup plus nombreux sont ceux qui sont partis parce qu’on leur avait dit que c’était pour quelques jours, quelques semaines au plus, et qu’ils reviendraient avec les armées arabes triomphantes: ils travaillaient comme ouvriers agricoles chez des propriétaires arabes, et n’avaient fait qu’obéir, comme toujours, aux ordres de leurs supérieurs. »

Par un recours diversifié du « témoignage », c’est tout l’édifice victimaire qui se trouve dès lors contesté, et à partir de là, la répartition des champs de responsabilité qui doit être reprise.

lundi 3 mai 2010

Le CFCM condamne les affirmations sur la "légalité des maîtresses" en islam


Le Conseil français du culte musulman "condamne fermement les propos mensongers sur la légalité en islam des 'maîtresses' et qualifie ces allégations d'offensantes et d'insultantes pour la religion musulmane", dans un communiqué diffusé lundi. Le CFCM fait référence aux propos de Lies Hebbadj, le mari de la Nantaise verbalisée pour conduite avec un voile intégral, qui a contesté son statut de polygame en déclarant que "les maîtresses ne sont pas interdites en France, ni par l'islam".

Ces déclarations, estime le CFCM, sont "irresponsables, honteusement provocatrices et préjudiciables à l'islam". Il rappelle que "dans la religion musulmane, la fidélité est une valeur capitale à l'instar d'autres religions comme le judaïsme et le christianisme" et que "le contrat de mariage, conclu légalement, est le seul cadre autorisé par la religion musulmane". "La polygamie étant prohibée en France, le Conseil français du culte musulman rappelle que les imams comme tous les ministres de culte savent pertinemment que leur responsabilité pénale peut être engagée et exigent des mariés qui souhaiteraient célébrer un mariage religieux de produire un acte de mariage préalablement reçu par les officiers de l'état-civil, conformément aux dispositions du code pénal".

samedi 1 mai 2010

Gaz toxique dans les tunnels à la frontière de Gaza. L'Egypte n'a fait aucune déclaration

Le Hamas a accusé aujourd'hui les forces de sécurité égyptiennes d'avoir asphyxié à l'aide de gaz toxique quatre Palestiniens qui travaillaient hier dans un tunnel de contrebande reliant la bande de Gaza à l'Egypte.

"Le Hamas tient la partie égyptienne pour responsable du meurtre de quatre travailleurs innocents décédés après que les forces de sécurité égyptiennes ont injecté des gaz toxiques dans un tunnel", a déclaré un porte-parole du Hamas, Sami Abou Zouhri, à des journalistes à Gaza.
"Nous exigeons une enquête et que ceux qui sont responsables soient traduits en justice", a réclamé le porte-parole.